Snudi Force Ouvrière Somme

Déclaration du SNUDI-FO Somme à la CAPD du 13 décembre 2010

mardi 14 décembre 2010 par le Snudi Fo 80

Monsieur l’Inspecteur d’Académie,

Le SNUDI-FO a été alerté par plusieurs personnels de la brigade départementale en poste sur des remplacements longs qu’ils devaient quitter leur classe au mois de janvier pour permettre aux professeurs des écoles stagiaires d’effectuer leur premier stage en responsabilité. Parfois, ce sont les stagiaires eux-mêmes qui les ont informés de cette décision.

Onze titulaires mobiles sont concernés par cette mesure dans le département. La même décision a été prise dans d’autres départements, comme dans la Vienne, l’Essonne, le Val de Marne, la Seine et Marne.

D’un côté, le mépris de la nomination réglementaire des titulaires-remplaçants qui sont déplacés arbitrairement en dépit des règles et du respect de leur mission.

De l’autre, les stagiaires affectés, directement dans des classes, sans avoir reçu une formation digne de ce nom avec en suspens le risque de ne pas être titularisés

Cette situation intolérable tant pour les titulaires mobiles que pour les stagiaires est la conséquence directe, concrète et immédiate de la réforme de la formation initiale dite de « masterisation des concours ». Les stagiaires vont être placés directement sur le terrain après seulement quelques semaines passées en observation dans une classe de maître formateur ou de maître d’accueil temporaire et quelques prises en charge ponctuelles d’une classe. Le SNUDI FO rappelle, qu’avec la fédération Force Ouvrière de l’enseignement, il s’est toujours opposé au projet de modification de la formation initiale des enseignants et qu’il revendique toujours l’abandon de la « masterisation ». En tout état de cause, face à cette situation inacceptable, des mesures d’urgence garantissant les droits des enseignants titulaires et des stagiaires doivent être prises. C’est le statut de tous les personnels qui est en jeu. Nous demandons le maintien des titulaires remplaçants sur leur poste d‘affectation et le droit des stagiaires à bénéficier d’une véritable formation.

En matière de formation continue des enseignants, nous constatons qu’elle est réduite à seulement deux stages à candidature pour tous les enseignants du département. Le SNUDI-FO ne peut se satisfaire du transfert de la formation continue volontaire vers les stages à public désignés imposés aux enseignants. Le SNUDI-FO demande le retour à la formation continue telle qu’elle était organisée selon les dispositions de la circulaire 72-240 du 20 juin 1972, c’est-à-dire selon un plan fondé sur l’octroi à tout enseignant titulaire en position d’activité d’un crédit de formation à plein temps équivalent à une année scolaire, à répartir sur la carrière, à l’exclusion des cinq premières et cinq dernières années.

Dans les conditions où est organisée la formation continue actuellement, le SNUDI-FO, organisation syndicale représentée à la CAPD, demande à être destinataire de la liste des enseignants qui participent aux stages à public désigné. C’est une demande qu’avait déjà formulée le SNUDI-FO dans cette même instance.

Sur l’organisation des commissions administratives paritaires, le SNUDI-FO demande l’application de l’article 29 du décret 82-451 du 28 mai 1982 qui précise qu’ « un procès verbal est établi après chaque séance. Il est signé par le président et contresigné par le secrétaire et le secrétaire adjoint et transmis, dans le délai d’un mois, aux membres de la commission ». Ces dispositions ne sont plus appliquées depuis environ deux ans et nous avons déjà eu l’occasion de vous alerter sur ce problème. Plus aucun procès-verbal de CAPD n’est aujourd’hui adressé, ni soumis à l’adoption des membres de la commission paritaire.

Enfin, cette CAPD, réunie pour examiner les candidatures de seulement deux stages de formation continue, respecte les principes du paritarisme. Nous nous en félicitons. Nous nous étonnons par contre que vous refusiez de réunir cette même instance pour examiner les cas particuliers au mouvement qui concerne plusieurs dizaines d’enseignants, pour examiner les affectations des 300 candidats affectés à la phase d’ajustement du mouvement et pour examiner celles des quelques dizaines d’enseignants à la rentrée scolaire. Nous en réitérons la demande aujourd’hui.


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

Site réalisé avec SPIP 2.0.25 + AHUNTSIC