Snudi Force Ouvrière Somme

Dès le 13 octobre, Je vote FO.

jeudi 13 octobre 2011 par le Snudi Fo 80

Message du Secrétaire Général de la FNEC FP-FO, Hubert Raguin, du 12 octobre 2011.

" Chers camarades,

Nous sommes à la veille du vote. Nous allons tous pouvoir voter. Ce sont les élections professionnelles. Elles revêtent cette année un caractère particulier.

Non seulement nous allons élire nos représentants dans les CAP (et les CCP pour les non titulaires) mais nous allons élire aussi et c’est une nouveauté, nos représentants syndicaux dans les comités techniques.

Il n’y a que de bonnes raisons de voter Force Ouvrière du 13 au 20 octobre :
- Force Ouvrière n’accepte pas que les revendications soient sacrifiées par la logique des marchés financiers que le gouvernement veut nous imposer.

- Force Ouvrière n’accepte pas la RGPP et ses dizaines de milliers de fermetures de postes justifiées par une avalanche de pseudo réformes qui ébranlent tous les services publics et l’école publique. De la maternelle à l’université, les statuts et les garanties collectives de toutes les catégories de personnels sont saccagés.

- Force ouvrière n‘accepte pas l’austérité. Ni l’austérité de droite, ni l’austérité de gauche.

- Force Ouvrière reste un syndicat indépendant ; l’activité du syndicat c’est le cahier de revendications ; l’activité du délégué, c’est la défense des dossiers des syndiqués et des personnels.

Il y a encore une nouveauté très importante dans le scrutin du 13 au 20 octobre. Le vote des électeurs, notre vote, va déterminer la représentativité des syndicats, c’est-à-dire la représentativité au sens des accords de Bercy et de la nouvelle loi sur le dialogue social de juillet 2010 pour qui un syndicat déclaré non représentatif n’existe plus, n’a plus de moyens, n’est pas dans le « dialogue social ».

L’enjeu de ces élections c’est donc que les syndicats FO puissent continuer à être reçus par le ministre ou ses représentants et son administration, c’est que FO puisse continuer à informer les personnels, continuer à les réunir, à défendre les dossiers, puisse négocier, puisse appeler à la grève si nécessaire !

À la différence de toutes les autres confédérations et fédérations, FO n’a pas signé ces accords ni cautionné ces règles sur la « représentativité » qui aboutissent, et c’est un comble, à ce que les non-syndiqués déterminent la possibilité ou non pour les syndiqués d’avoir une organisation. En fait c’est comme si le droit de grève dépendait des non-grévistes. Bien sûr, le gouvernement voudrait faire sortir de ce scrutin un paysage syndical resserré avec les seules organisations acceptant « la pratique d’un dialogue social constructif » qui se réduit le plus souvent à cautionner, quels que soient les mots utilisés, les réformes gouvernementales.

Alors oui, pour ces élections, le premier critère de représentativité doit être celui de l’indépendance.

C’est la raison pour laquelle, chers collègues, chers camarades, il ne doit pas manquer une seule voix d’adhérent des syndicats Force Ouvrière et c’est la raison pour laquelle chacun d’entre nous va s’appliquer à s’assurer du vote de nos collègues, de nos camarades, de nos proches qui savent d’expérience que le délégué FO dans le CT, dans la CAP, chez l’Inspecteur d’académie, chez le chef de service, ne lâche jamais l’affaire, ne lâche jamais le dossier et n’accepte jamais que la revendication disparaisse devant des considérations de « dialogue social » ou d’ « intérêt général ».

Non pas seulement que le délégué FO soit plus têtu que les autres (encore que …) mais surtout parce qu’il appartient à une organisation où ce sont les syndiqués qui décident des revendications, ce qui garantit l’indépendance du délégué et sa pugnacité. Nous avons besoin du syndicat indépendant, nous avons besoin du syndicat FO dans l’Éducation nationale, dans la Culture, dans l’enseignement supérieur et la recherche.

Du 13 au 20 octobre il ne manquera pas une voix FO pour l’élection au comité technique ministériel qui va déterminer la représentativité de l’organisation syndicale. Merci mes camarades de la confiance que vous allez confirmer au syndicat. "

Hubert Raguin, secrétaire général de la FNEC FP-FO


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

Site réalisé avec SPIP 2.0.25 + AHUNTSIC