Snudi Force Ouvrière Somme

Compte rendu de la CAPD du 28 mai 2013

mardi 4 juin 2013 par le Snudi Fo 80

La première phase du mouvement

Comme chaque année, le SNUDI-FO a dressé le bilan détaillé des résultats du mouvement. Quelques chiffres ont été donnés dans la déclaration préalable pour montrer les conséquences néfastes des modalités dont nous condamnons encore la mise en œuvre : vœux géographiques, postes à profil en augmentation chaque année, blocage de postes pour les PES. Le mouvement 2013 est en effet caractérisé par le taux de satisfaction le plus bas jamais atteint et par une baisse de 15 % pour les candidats à titre définitif sur un poste, montrant le malaise généré par toutes les mesures prises depuis 2008. Vous trouverez dans les tableaux en annexe tout le détail de notre analyse.

Au cours de la discussion à la CAPD, le DASEN a reconnu la baisse de la participation et a regretté le manque de candidatures sur les postes ASH, de direction ou d’IMF. Le SNUDI-FO a répondu à cette réflexion par le manque d’attractivité de ces postes pour lesquels les conditions de travail ne cessent de se dégrader comme pour l’ensemble des postes, même ceux de conseillers pédagogiques qui sont fuis par un certain nombre de leurs occupants. Il a également précisé que la dotation pour les départs en formation ASH devait être augmentée de manière significative pour permettre de combler les postes vacants.

Le problème de la confidentialité et des fuites organisées avant la CAPD La première partie de la déclaration du SNUDI-FO pose parfaitement le problème. Le règlement (Décret 82-451) impose la confidentialité des informations connues par les représentants du personnel élus. Quand elles concernent directement les enseignants, le fait de manquer à cette obligation devrait, à elle seule, être considérée comme une trahison par les électeurs. En effet, les représentants du personnel ont connaissance de l’ensemble des notes pédagogiques de la profession, ils ont des informations personnelles particulières sur la situation de certains personnels, ils sont parfois amenés à consulter des dossiers administratifs… Le devoir de confidentialité est donc la première règle à respecter pour les représentants élus. Quelle confiance peut-on donner à celles et ceux qui ne respectent pas cette règle élémentaire ? Quelle confiance peut-on donner à celles et ceux qui donnent par téléphone, sans pouvoir vérifier l’identité de l’interlocuteur, le projet d’affectation de n’importe qui ? Est-ce ainsi que la FCPE a pu connaître des projets d’affectation et les relayer dans la presse ?

Le SNUDI-FO n’a communiqué aucune information entre le 21 mai et le 28 mai, jour de la CAPD. Elle a contrôlé, vérifié, analysé et tous les enseignants, qui ont fait appel à notre syndicat ont pu en être témoins. Lors de la CAPD, le SNUDI-FO, le SE-UNSA et le directeur académique ont partagé la même position. Pendant la discussion, les élus du SNUipp-FSU, organisation qui ne manque pas une occasion de s’afficher comme le syndicat majoritaire, ont tous fait profil bas.

Pour la 2ème phase du mouvement et la rentrée scolaire

Le SNUDI-FO a abordé le problème du 2ème mouvement et la situation à la rentrée scolaire. 278 enseignants sont restés sans poste à l’issue de la 1ère phase. Il reste 80 postes vacants dont 48 en ASH. Chaque année, une centaine de postes fractionnés sont constitués à partir des décharges de direction ou autres, des compléments de poste des enseignants à temps partiels…, soit 180 postes en tout. Il y a par conséquent une centaine de postes manquants pour offrir un poste à la rentrée prochaine pour que chacun des 278 personnels obtiennent une affectation. Un autre élément vient renforcer le problème : le DASEN doit encore bloquer 60 postes environ en plus des 47 déjà bloqués avant la 1ère phase du mouvement. Les 60 postes supplémentaires correspondent à une quarantaine de postes pour parvenir aux 85 PES à accueillir à la rentrée et le DASEN a également l’intention de bloquer 20 postes pour les 80 contractuels potentiels du concours 2013-2 qui travailleront à 1/3 temps en 2013-2014. Ce qui donne un total de 150 à 160 postes manquants au minimum. Le DASEN a reconnu qu’il y aurait un décalage entre les postes et les personnels. Apparemment optimiste, il pense pouvoir agir sur les ineat-exeat et sur le nombre d’arrivées effectives de PES et de contractuels pour résoudre au moins une partie du problème. Le SNUDI-FO se réjouit d’avance de l’annonce du directeur académique d’accéder aux demandes des exeat mais doute toutefois que cette solution réponde significativement au problème posé. A défaut, nous savons que le DASEN dispose de plusieurs personnels disponibles pour des ouvertures de classes, de postes de remplaçants …

Personnels en CUI

A la question du SNUDI-FO sur le renouvellement des EVS embauchés en décembre 2012 ou en janvier 2013, le DASEN a précisé qu’il n’avait pas d’informations sur le renouvellement des contrats de ces personnels. En tout état de cause, nous ne partageons pas l’optimisme des autres organisations syndicales sur ce point.


Documents joints

4 juin 2013
Document : PDF
470.4 ko

DECLARATION CAPD

4 juin 2013
Document : PDF
331.9 ko

Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

Site réalisé avec SPIP 2.0.25 + AHUNTSIC