Snudi Force Ouvrière Somme

Le ministre Peillon est parti, qu’il emmène ses réformes avec lui !

samedi 5 avril 2014 par le Snudi Fo 80

Amiens, le 2 avril 2014

Après la grève du 18 mars contre le pacte de responsabilité du gouvernement Hollande/Ayrault, qui a réuni plus de 200 000 manifestants dans les départements, le scrutin aux élections municipales a été marqué par une abstention record et un vote sanction contre la politique gouvernementale.

Fidèle à son principe d’indépendance, Force Ouvrière n’avait donné aucune consigne de vote. Mais au lendemain de chacun des deux tours de ce scrutin, les médias ont évoqué Waterloo, Trafalgar, une Bérézina, une gifle, une raclée… pour l’équipe présidentielle.

Les salariés n’ont-ils pas exprimé leur refus du pacte de responsabilité et des 50 milliards d’économie à faire sur la fonction publique, le refus des licenciements, du chômage et de la dégradation de leurs conditions de travail et de leurs salaires, la remise en cause incessante de leurs retraites ?

Les fonctionnaires n’ont-ils pas exprimé leur opposition aux suppressions de postes dont ils sont victimes dans toutes les administrations et le blocage de leur rémunération par la stagnation du point d’indice depuis 2010 ?

Les personnels de l’éducation nationale n’ont-ils pas exprimé leur rejet de la loi PEILLON de refondation de l’Ecole et de tout ce qui en découle : - territorialisation de l’école avec le décret des rythmes scolaires, avec la régionalisation de la formation professionnelle…), - remise en cause des statuts consécutive aux groupes de travail ministériels (annualisation du service de remplaçants, référence aux 1607 h annuelles pour les enseignants du secondaire…), - incessantes fermetures de classes (en maternelle, en élémentaire, dans les SEGPA, dans les IME…) ?

Un nouveau gouvernement vient d’être formé mais le cap ne semble pas modifié, malgré le net avertissement donné. Le ministre Peillon laisse le ministère de l’Education dans un piteux état. Ses réformes ont toutes entraîné des mouvements de résistance parce qu’elles s’inscrivaient dans la politique d’austérité du gouvernement. Le bon sens voudrait qu’il les emmène avec lui.

La FNEC-FP-FO et ses syndicats solliciteront une entrevue au nouveau ministre. Le SNUDI-FO y demandera l’abrogation du décret sur les rythmes scolaires. Ce dossier constituera également le point central de la discussion du Conseil National du syndicat qui se réunit du 9 au 11 avril à Montreuil. Le SNUDI-FO continuera d’agir pour la satisfaction de cette revendication.

Le SNUDI-FO Somme a d’ores et déjà décidé de s’adresser aux élus dans les communes (qui ont souvent changé) pour les inviter à ne pas mettre en place ou à abandonner la mise en œuvre des nouveaux rythmes scolaires. Il vous invite à en faire autant.

Les mesures de carte scolaire viennent d’être communiquées pour la rentrée 2014. 29 fermetures de classes y sont prévues, 2,5 le sont en IME. Ces annonces s’ajoutent aux 10 fermetures en SEGPA. Elles sont inacceptables au moment où des dizaines d’ouvertures de classe sont indispensables.

Transmettez au syndicat tous vos refus de fermeture, toutes vos demandes d’ouverture ! Prenez position contre ces mesures !

Plus que jamais, nous avons tous besoin d’un syndicat indépendant qui défende nos intérêts. Adhérez, ré-adhérez au SNUDI-FO !

François STANDAERT Secrétaire départemental du SNUDI-FO


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

Site réalisé avec SPIP 2.0.25 + AHUNTSIC