Snudi Force Ouvrière Somme
Unions Locales d’ ABBEVILLE CGT, FO, et Solidaires

Journée de grève interprofessionnelle le 9 avril

Les Unions Locales CGT, FO, et Solidaires, d’Abbeville ont, ensemble, décidé de préparer le succès de cette grève nationale et interprofessionnelle.
mercredi 11 mars 2015 par le Snudi Fo 80

Les organisations syndicales nationales CGT, FO et Solidaires, appellent « l’ensemble des salariés, du public et du privé, à une journée de grève interprofessionnelle et à manifester le 9 avril ».

Les Unions Locales CGT, FO, et Solidaires, d’Abbeville ont, ensemble, décidé de préparer le succès de cette grève nationale et interprofessionnelle.

Le jour où était lancé l’appel pour la grève du 9, le gouvernement est passé en force avec le 49-3 pour imposer la loi Macron : cette procédure anti-démocratique avait été utilisée en 2006 par le gouvernement Villepin pour imposer le CPE, mais ce fut un échec pour le gouvernement de l’époque, grâce à la mobilisation des jeunes et des salariés, qui en demandaient le retrait avec la CGT, FO et Solidaires.

La loi Macron, casse du droit du travail

La loi Macron, c’est la casse du droit du travail, car elle supprime l’article 2064 du CODE CIVIL, article qui interdit à un employeur de déroger au code du travail par une convention individuelle : ce serait revenir deux siècles en arrière ! C’est aussi :

- la banalisation du travail du dimanche et de nuit : pas de compensation salariale imposée aux employeurs ! (articles 76 et 77 de la loi) « dans tous les cas, l’accord ou la décision unilatérale de l’employeur fixent les conditions dans lesquelles l’employeur prend en compte l’évolution personnelle des salariés privés de repos dominical. »

- licenciements collectifs facilités : l’employeur en cas de refus de son plan, en fait un deuxième qui peut être validé, ce qui prive les licenciés de recours judiciaire : article 102 « Dès lors que l’autorité administrative a satisfait à l’obligation d’édiction d’une seconde décision suffisamment motivée, l’annulation pour le seul motif d’insuffisance de motivation de la première décision de l’autorité administrative est sans incidence sur la validité du licenciement et ne donne lieu ni à réintégration ni au versement d’une indemnité à la charge de l’employeur. »

- atteinte au rôle des conseillers de prudhommes, qui seraient privés de liberté d’expression, alors qu’ils sont des salariés syndicalistes ! (art.83) « Ils s’abstiennent, notamment, de tout acte ou comportement public incompatible avec la réserve que leur imposent leurs fonctions. »

Il est urgent de bloquer la régression sociale, car l’austérité et le Pacte de responsabilité (signé par le MEDEF et la CFDT), se traduisent, à Abbeville et sa région, déjà sinistrée par les fermetures d’usines, le chômage massif et la précarité, maintenant par :

La casse des services publics : voici quelques exemples, parmi tant d’autres :

Enseignement : Encore des suppressions de postes au lycée, qui a perdu, pour seulement 140 élèves en moins depuis 8 ans, plus de 25 postes de professeurs, ce qui signifie que les élèves, de plus en plus nombreux par classe, ont encore moins d’heures de cours. Suppressions aussi au collège Millevoye, donc des collégiens entassés à plus de 30 en classe et des professeurs devant aller travailler dans d’autres établissements du département, pour compléter leur service. Ecoles maternelles et primaires touchées par un dispositif de « territorialisation » : davantage de travail pour les maîtres, moins d’heures d’enseignement pour les élèves. Pour tous les personnels, les statuts sont démantelés.

27 lits supprimés à l’hôpital, du fait de l’amputation au plan national de 10 milliards de l’assurance maladie, donc 22 000 suppressions de postes d’ici 2017 !

À la poste, suppression de personnel qui engendre une interruption du service public. Des tournées de facteurs ne sont pas effectuées et des bureaux de poste restent fermés, sans aucune information aux usagers. Ces tournées à découvert et ces fermetures de bureaux varient d’un jour à l’autre et touchent essentiellement la campagne. Ainsi, cela passe presque inaperçu aux yeux du plus grand nombre. A l’automne, sur Abbeville, suppression de 9 des 47 tournées !

Le logement social en perdition : au lieu des 50 logements prévus par an, seulement 25 en 2 ans, l’office ODA étant asphyxié par l’absence de subventions de l’état, totalement désengagé, sans compter le nombre croissant de locataires qui ne peuvent plus payer.

Des conditions de travail dégradées dans tous les secteurs, commerces, usines, fonction publique, partout : les travailleurs n’en peuvent plus, on les oppose les uns aux autres, la « compétitivité » est imposée, et les salaires sont bloqués !

Il est temps que les salariés d’Abbeville, aux côtés des autres salariés de tous les secteurs, se rassemblent dans la grève pour leurs revendications :

-  Hausse immédiate des salaires.
-  Des effectifs pour travailler correctement, pour remplacer les salariés malades dans les écoles, à l’hôpital, la poste…...
-  Défense de la Sécurité sociale. Retrait du Pacte de responsabilité et des 10 milliards de coupes sur l’assurance maladie.
-  Retrait de la loi Macron, maintien de la réglementation sur les horaires de nuit et du dimanche.

Mercredi 25 mars à 18 h 30

REUNION OUVERTE A TOUS

POUR PREPARER LA GREVE DU 9 AVRIL ET LA MANIFESTATION :

310 chaussée de Rouvroy à Abbeville


Documents joints

11 mars 2015
Document : PDF
433.5 ko

Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

Site réalisé avec SPIP 2.0.25 + AHUNTSIC