Snudi Force Ouvrière Somme

Audience BRI/ZIL/Postes fractionnés

Le SNUDI-FO a été reçu par le Secrétaire Général de la DSDEN
mercredi 15 avril 2015 par le Snudi Fo 80

Compte-rendu de l’audience avec le Secrétaire Général de la DSDEN sur la question de la récupération des heures des ZIL, Brigades et personnels en service partagé.

Le SNUDI-FO avait écrit à l’Inspecteur d’Académie pour être reçu afin aborder les questions de décompte et de prévision de récupération des personnels du 1er degré, remplaçants ou exerçants à temps partiel, ayant accumulé des heures en plus de leur service réglementaire.

Plusieurs collègues nous avaient contactés suite à leur incompréhension des calculs par l’administration de leurs heures supplémentaires. Le 8 avril, le SNUDI a été reçu pendant une heure et demie par M. Dècle, Secrétaire Général de la DSDEN. Le syndicat était représenté par Stéphane Bréfort et Olivier Soudé. (...)

Avec l’instauration du décret 2014-942 du 20 août 2014 à la suite de la généralisation de la « réforme » des rythmes scolaires, les personnels du 1er degré, remplaçants ou exerçants à temps partiel, sont confrontés à l’annualisation de leur temps de travail. Si la notion de récupération des heures faites en plus des 24h/semaine de leur service réglementaire est prévue par le décret, la concrétisation de cette récupération n’est pas sans poser problème.

Les personnels doivent renvoyer par courriel, à la fin de chaque période, un tableau Excel, organisé par période, à leur IEN qui les centralise et les transmet à la division des personnels enseignants du 1er degré. Là, le service vérifie chaque horaire déclaré par les collègues via le site ministériel education.gouv.fr. Or le syndicat a expliqué au Secrétaire Général, sans citer les communes concernées pour ne pas mettre en porte-à-faux les collègues, que des SIVOS ou des « com de com » avaient changé des horaires depuis la rentrée, mais sans en référer à la DSDEN car ils savaient que ces horaires seraient retoqués. Le Secrétaire Général a affirmé avoir en effet découvert quelques situations du genre et demandera aux directeurs d’écoles, dans le règlement type pour 2015-2016, de faire clairement figurer les horaires de leur école, temps d’accueil des élèves inclus. Ainsi, l’administration pourra constater si des écarts entre horaires déclarés par les collectivités territoriales (mis sur le site ministériel) correspondent aux horaires réels des écoles.

Le SNUDI-FO a présenté chacun des dossiers individuels qui lui a avait été confié et a obtenu du Secrétaire Général des précisions sur les retenues de heures supplémentaires pour chacun des dossiers. Il est convenu que les collègues concernés font remonter leurs observations sur les dates litigieuses via le syndicat afin que leur cas soit revu. Ces collègues en ont été informés. Dans l’ensemble, le Secrétaire Général indique qu’environ 90 collègues sont concernés par des dépassements et que pour une partie, des propositions de récupération ont déjà été formulées. Le Secrétaire Général réaffirme sa volonté de faire récupérer le plus vite possible les heures au-delà des 24h/semaine car de nombreux directeurs vont bénéficier au moins de juin d’un temps de décharge supplémentaire. Pour ce faire, la période 3 va être étudiée tout prochainement afin de lancer de nouvelles propositions de rattrapage aux collègues.

Le SNUDI-FO a exposé au Secrétaire Général quelques points litigieux du décomptage effectué, notamment la notion parfois avancée de « temps de présence devant élèves » qui est en contradiction avec les termes du décret du 20 août 2014. Le Secrétaire Général a abandonné son idée de ne pas comptabiliser le temps passé hors présence des élèves, le temps passé en temps syndical ou en arrêt de travail quand il s’agit de faire le total des heures de travail à la semaine. Le Secrétaire Général a affirmé sa volonté de prendre en compte l’amplitude horaire de l’école de rattachement pour le 1er jour de remplacement et celle de l’école où le personnel exerce son remplacement. Ainsi, un remplaçant qui a pris son servie dans son école de rattachement à 8h30, appelé à remplacer dans une école où il arrive à 9h15, se verra bien compter son temps dès 8h30.

Le SNUDI-FO s’est également fait l’écho du ras-le-bol des personnels remplaçants :

-  Sur les déplacements en cours de remplacement, avec parfois des dizaines de kilomètres effectués dans la même journée et non pris en compte dans l’indemnité, avec la désagréable sensation de « planter » les élèves et les collègues de l’école qu’ils doivent quitter précipitamment ;

-  Sur la question du non-versement de l’indemnité de direction en cas de remplacement long, du non-versement de la prime ASH alors qu’ils exercent là où les collègues la touchent.

-  Sur les "erreurs " du système de calcul des tranches kilométriques par le logiciel national ARIA qui, trop souvent au détriment des personnels, n’est jamais le même que celui de Mappy ou de Via Michelin et qui est un outil auquel les personnels n’ont pas accès, puisque c’est un système interne à la Trésorerie Générale. Les personnels remplaçants ont l’impression de sentir planer sur eux un soupçon de malhonnêteté, même si il est vrai que l’administration doit justifier les sommes qu’elle verse.

-  Sur l’abandon de la communication papier avec l’administration (revenir à des PV d’installation, à un décompte détaillé de l’ISSR tant au niveau kilométrage que des sommes versées, limiter au maximum les envois de tableaux à remplir ...) : les exigences informatiques s’avèrent parfois ingérables.

En réponse, le Secrétaire Général affirme qu’il est conscient des problèmes et il va étudier la réglementation, notamment pour les versements des primes ASH et indemnités de direction au prorata du service effectué, pour voir si les textes obligent ou recommandent simplement ces non-versements. Il compte aborder ces questions au niveau académique, dans une réunion prévue avant les congés d’été. Le SNUDI-FO ne manquera pas de le réinterroger sur ces points.

Enfin, le Secrétaire Général a confirmé ses propos tenus en CAPD le 18 mars dernier : la Cour des Comptes a épinglé les Académies de Clermont-Ferrand et d’Amiens qui sont les deux dernières à verser l’ISSR pour les ZIL/BRI nommés sur un poste à l’année, et à verser l’ISSR aux personnels en service partagé (sur postes fractionnés). Or depuis le décret du 3 juillet 2006, ces personnels devraient toucher des « frais de déplacement » et des « frais de repas », mais plus l’ISSR, bien plus avantageux financièrement. Décidément, les enseignants du premier degré n’en finissent plus de subir l’austérité !

Dès la rentrée 2015, les ZIL et BRIG continueront à toucher l’ISSR, l’administration veillant à ne pas les affecter sur un remplacement à l’année. Mais les personnels sur poste fractionné ne toucheront plus l’ISSR, juste les frais de déplacement et les frais de repas. Le Secrétaire Général indique que contrairement à l’ISSR, les kilomètres réellement effectués sont remboursés (pas de tranche). Pour le SNUDI-FO le compte n’y est pas : être en poste fractionné et ne plus toucher l’ISSR, c’est enlever le fait que ce service induit des contraintes, qui étaient reconnues par le versement d’une indemnité. Le Secrétaire Général a confirmé les propos du SNUDI-FO : les frais de déplacement ne sont versés qu’en cas de sortie de la résidence administrative et familiale. Dans les villes, les collègues sur poste fractionné passeront, à la rentrée, du versement de l’ISSR à… rien du tout ! (les frais de repas sont conditionnés au versement de frais de déplacement). Le SNUDI-FO a demandé au Secrétaire Général s’il est envisagé, dans la composition des postes fractionnés, d’inclure une partie du poste en dehors de la résidence administrative et familiale pour déclencher le versement de frais de déplacement et de repas pour ces collègues exerçant en ville. Le Secrétaire Général indique que les services réfléchissent en effet à la question...

De même, le SNUDI-FO a porté l’attention du Secrétaire Général sur les collègues qui avaient fait le choix d’être nommés à titre définitif sur poste fractionné : ils perdront du salaire à la rentrée. Le Secrétaire Général indique qu’il écrira aux 130 personnels sur poste fractionné pour les avertir du changement.


Documents joints

15 avril 2015
Document : PDF
632 ko

Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

Site réalisé avec SPIP 2.0.25 + AHUNTSIC