Snudi Force Ouvrière Somme

Compte- rendu de l’entrevue du 8 octobre 2010 avec l’IEN Amiens 4 et l’IA adjoint

mercredi 13 octobre 2010 par le Snudi Fo 80

Animations pédagogiques, réunions, utilisation des 108 heures dans la circonscription d’Amiens 4

Une délégation du SNUDI-FO, composée d’Audrey Gillet, de Valérie Morien Remadi et de François Standaert a rencontré ces deux représentants de l’administration le vendredi 8 octobre 2010.

1. « Deuxième jour de pré-rentrée »

La délégation a rappelé que ces deux demi- journées ne sont pas à prendre en dehors des obligations de service puisque « ces deux demi-journées ou (horaire équivalent) prises en dehors des heures de cours » sont établies par une note en bas de page de l’arrêté du 19 mars 2006 en contradiction avec les obligations de service fixées par le décret 2008-775 du 30 juillet 2008 qui prévoit 24h de réunions au sein des équipes et 18 heures d’animations pédagogiques, un arrêté, texte de niveau inférieur au décret ne pouvant en modifier les dispositions.

L’IEN d’Amiens 4 a répondu que chacun pouvait avoir son interprétation. Elle a justifié les deux demi journées supplémentaires par leur existence au BO et par la demande de l’Inspecteur d’Académie de réaliser ces heures en plus des 24 heures annuelles de concertation. Les représentants de l’administration ont toutefois admis le cadre ambigu de ces demi-journées et précisé que tout le monde y gagnerait si les textes ministériels étaient plus clairs.

La délégation a réaffirmé sa consigne syndicale d’intégrer ces deux-demi journées dans les 24 heures de concertation. Elle a précisé que le SNUDI-FO assurerait la défense syndicale des personnels qui appliqueraient ces consignes.

2. réunion RRS du mercredi 6 octobre 2010 après midi

La délégation a demandé sur quel temps de service avait été proposée cette réunion et a soutenu, à l’instar de la « deuxième journée de pré rentrée », qu’aucune réunion pouvait être rendue obligatoire en dehors des obligations de service, même pour les collègues exerçant en RRS. Elle a demandé à l’IEN de ne pas organiser de réunions le mercredi après-midi afin de respecter la vie personnelle des enseignants.

L’Inspectrice d’Amiens a signalé que la réunion de ce mercredi après-midi est un fait exceptionnel, tous les mercredis matins étaient déjà occupés. Elle a confirmé que les réunions RRS étaient organisées sur la base du volontariat. Elle a toutefois estimé qu’un enseignant travaillant en ZEP ou en RRS devait s’impliquer à titre personnel en participant à des actions pédagogiques collectives, les réunions organisées dans ce cadre restant facultatives. La deuxième réunion se déroulant un mercredi après midi concerne les directeurs qui sont « invités » par l’Inspecteur d’Académie et se déroulera dans le cadre des 18h d’animation pédagogique.

L’Inspectrice d’Amiens 4 a ajouté que toute cette organisation allait être revue dans le cadre de la consultation sur les rythmes scolaires. La délégation a rétorqué que ce projet ne présageait rien de positif : se profilent une désorganisation totale de la semaine scolaire et une nouvelle aggravation des conditions de travail des enseignants.

3. Jeudi soir « banalisé »

L’Inspectrice a précisé que la demande de ne pas faire d’aide personnalisée et d’accompagnement éducatif le jeudi soir était un souhait et non une obligation. Elle a ajouté qu’elle avait téléphoné aux collègues concernés et, devant leur argumentation, avait accepté que les enseignants ne changent pas leur emploi du temps. D’après l’Inspectrice, il n’a y plus aucun problème sur ce sujet. Dont acte.

4. Réunions d’information syndicale

Une discussion a également eu lieu sur les réunions d’information syndicale. L’IEN d’Amiens a déclaré adhérer complètement au cadre imposé par l’Inspecteur d’Académie (3h à décompter des animations pédagogiques et 3 heures des concertations) et a indiqué qu’il n’y avait pas de problème pour l’instant.

La délégation a rappelé la consigne du syndicat (2 X 3 heures à déduire librement, et de 6 heures d’animation pédagogique si l’on veut). Elle a précisé que la demande de l’Inspecteur d’Académie constituait une nouvelle atteinte au droit syndical après l’offensive ministérielle de ne plus les autoriser sur temps de classe. Elle a ajouté que les problèmes pourraient survenir en cours d’année quand les enseignants participeront à leur deuxième réunion d’information syndicale. La délégation a réaffirmé que le SNUDI-FO assurerait la défense de tous les enseignants qui seraient confrontés à une limitation de leur droit syndical.


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

Site réalisé avec SPIP 2.0.25 + AHUNTSIC